PRIMAVERA...

PRIMAVERA...
AVRIL...PRIMAVERA !

Membres

jeudi 9 février 2017

L'ANCIEN BAGNE DE NICE...








La construction du bagne de Nice s’étend de 1748 à 1752 et peut enfermer environ 200 forçats qu’il s’agit de loger au plus près de leur lieu de labeur : le futur Port Lympia dont les travaux débutent en juillet 1750.

Le Royaume Piémont-Sarde constitué des Etats de Savoie, dont font partie la Sardaigne et une partie de l’actuelle région Provence-Alpes-Côte d’Azur, désire depuis longtemps une ouverture maritime. 
Le site des Ponchettes, sur lequel s’étaient succédés plusieurs projets, est abandonné. 
Ainsi en 1749, le roi Charles Emmanuel III décide la construction du port dans les marécages Lympia. Le projet est ambitieux et coûteux : il s’agit de concevoir dans cette plaine un port artificiel en y creusant un puis deux bassins, d’y créer un arsenal, des quais et enfin tout un quartier. La construction va s’échelonner sur un siècle et demi.








Le bâtiment d’origine n’est constitué que d’un long mur de pierres de taille -Lou barri lonc , le long mur- fermé par d’imposantes portes en bois barrées d’immenses verrous.
Les pierres utilisées sont les ruines de l’ancien château de Nice dont Louis XIV a ordonné la destruction en 1706.

Les deux pavillons de deux étages, dont un est surmonté d’un clocheton pour la chapelle, sont élevés en 1840.

 





L’utilisation du bagne se prolonge jusqu’en 1851, date de la suppression du port franc. On transfère les derniers détenus en 1887 à la nouvelle maison d’arrêt, toujours en service à ce jour.





Des générations de bagnards et de forçats - pour la plupart des militaires condamnés pour désobéissance ou désertion - vivent dans des conditions inhumaines. Le jour, ils creusent le bassin Lympia ou le chemin reliant le port à la ville. La nuit, ils dorment les pieds enchaînés, entassés les uns sur les autres.
Épidémies, brimades, bagarres: on sort rarement vivant de "Lou Barri-Lonc".






À partir de 1826, la monarchie sarde y réalise d'importants travaux pour améliorer les conditions de vie des détenus et des gardiens. En 1852, les bagnes sont supprimés en France. En 1860, l'administration française reprend le bâtiment et en fait une prison, la deuxième de Nice après le Sénat. C'est une maison de correction qui accueille les hommes comme les femmes pour des peines de moins d'un an.
Le lieu ferme définitivement ses geôles en 1887.   
























une  partie des sources viennent de  


lundi 6 février 2017

UNE SEMAINE AGITEE...



J'attendais cette pluie,
 qui chez nous se faisait désirer,
en pensant à mon jardin!
 
🌧🌧🌧🌧
 




Quelques jours auront suffi
 pour abreuver la terre;
avec un coup de soleil, 
la végétation va commencer à renaitre, 
à son rythme.

Balade au bord de mer,
 coup de vent qui fait danser la mer...