PRIMAVERA...

PRIMAVERA...
MARS... LE PRINTEMPS ARRIVE A PETITS PAS...

Membres

lundi 19 décembre 2011

SON DERNIER RECITAL





Notre grand Maitre nous a salués pour la dernière fois aux Bouffes du Nord









Apparaissant très fatigué, amaigri, dans un état de grande faiblesse, Gustav Leonhardt a ainsi donné son dernier récital accompagné par une salle comble très attentive. 





Je l'ai écouté avec beaucoup d'émotion décryptant ses efforts pour pallier à ces instants d'inconfort. Les mains sans doute douloureuses, il a cependant donner un concert inoubliable.
 


 


Dans cette manière d'appréhender les claviers, faisant résonner l'instrument, son compagnon fidèle, avec une telle  conviction, un aplomb dans les tempi, une expressivité comme il a toujours su la dévoiler sans outrance, c'était jubilatoire, d'une jeunesse qui donnait envie de danser ces chaconnes et autres sarabandes qu'il a su comme à son habitude enchainer sans déroger à la règle de l'élégance qui ne lui a jamais fait défaut.






Je devinais qu'il y avait une fin en soi, et j'avais pressenti ce qui allait être officialisé les jours suivants:

Gustav Leonhardt arrêtait sa carrière ce 12 décembre 2011.

Combien de concerts ai je parcouru en sa présence, le saluant lorsque je l'osais.Toujours difficile de croiser un Maitre, que dire qui ne soit pas banal... 

Cette fois-ci ce ne fut qu'un léger sourire échangé, derrière ce rideau, l'épuisement ne lui permettant  vraiment pas de dire un seul mot.




 J'ai pu aller au bout de ce que  j'espérais et cette entrevue si courte fut-elle restera en mémoire comme le dernier regard échangé car ce fut un émouvant instant qui offrait le paradoxe entre quelque chose qui se termine et un mouvement éternel.

Archange il a été ce soir là.


9 commentaires:

  1. C'est rare de pouvoir réussir de si bons clichés pendant un spectacle. Un très beau clavecin.

    RépondreSupprimer
  2. Un bel hommage et de jolis mots ...
    Merci
    Gros bisous
    Marie-Ange

    RépondreSupprimer
  3. Ton émotion est peceptible à chacun de tes mots et nous la partageons dans cet hommage sensible que tu rends avac tant de délicatesse.
    Anne

    RépondreSupprimer
  4. C'est un très émouvant billet que tu adresses là à un maître, un grand artiste. Tes photos sont magnifiques et la dernière, laissant l'objet seul sur cette scène vide est poignante.

    Je voulais cependant t'embrasser ce soir en te donnant rendez-vous en janvier.
    Amicales pensées.

    RépondreSupprimer
  5. Ton article est très émouvant Martine : voilà donc le prétexte principal de ton escapade parisienne, et ce moment, que tu nous racontes avec délicatesse, a sans doute été très fort. Ce clavecin esseulé sur la scène des bouffes du nord est très symbolique, et ce merveilleux instrumentiste qui se retire en jouera encore, pour lui, pour les siens, pour le plaisir ! Avoir vu le maitre donner cet adieu te laissera un souvenir imperissable et nous, grâce à ton article, participons à cette émotion.

    RépondreSupprimer
  6. Oui beaucoup d'émotion pour un dernier récital qui fut un adieu à la scène que tu nous relates fort agréablement avec des photos magnifiques ! Merci !
    Joyeux Noël à toi et ta famille !

    RépondreSupprimer
  7. C'est toujours triste de savoir qu'un artiste tire sa révérence et abandonne son art. La dernière photo est très forte! Si j'avais su que c'était son dernier concert - comment cela a-t-il d'ailleurs été annoncé, peux-tu nous en dire plus à ce sujet? - j'aurai pris des places moi aussi pour ce soir-là!!! Dommage! En tout cas, son compagnon de route, Nikolaus Harnoncourt, continue à donner des concerts, mais hélas pas en France, en Autriche...

    RépondreSupprimer
  8. OH!oui GF tu aurais du venir.
    C'était une page d'histoire du clavecin et de la musique ancienne qui se tournait.
    En fait il est très malade vu sa maigreur et sa fatigue extrême; il ne peut plus assurer ce qu'il aime le plus, c'est à dire la Musique et les concerts.Pour lui c'était vital, aussi tu imagines être mis devant le fait accompli...
    Nous ne le savions pas mais à la vue de sa démarche incertaine je l'ai deviné, il était déjà bien fatigué quand je l'avais invité à Nice il y a trois ans et demi,mais il était reparti pour d'autres aventures musicales. Lundi dernier c'était éprouvant et je ne pense pas qu'il s'en remette vraiment.
    C'est Drillon qui l'a annoncé par le Nouvel Obs, mon ami Gilles que j'avais prévenu était invité à un concert privé ce dimanche, concert qui a été annulé.

    RépondreSupprimer
  9. Quelle tristesse de voir partir un " maître",
    un homme à l'immense talent. Je ressens ta tristesse. Je suis avec toi par le coeur.
    Elza Jazz

    RépondreSupprimer

Heureuses Idées