AUTUNO

AUTUNO
SEPTEMBRE...L'AUTOMNE POINTE SON NEZ.

Membres

jeudi 20 avril 2017

dimanche 16 avril 2017

JOYEUSES PAQUES...



  

Doux Week-End...


jeudi 13 avril 2017

LE JARDIN DE LA VILLA BOCCANEGRA...






 Le premier festival des jardins 
dans la région niçoise
permet de faire des visites rares de certains jardins qui ne sont pas ouverts au public. 









C'est ainsi que j'ai pu découvrir une belle propriété très méditerranéenne, 
en bord de mer après Menton,
 proche de Vintimiglia,


La villa BOCCANEGRA 






"La localité de Boccanegra est déjà connue pour la présence de cultures au milieu du XVIe siècle.
La propriété est organisée avec deux grandes oliveraies préexistantes, l’une au Couchant et l’autre au Levant, entrecoupées par une zone très escarpée et rocheuse, qui était à l’origine une garrigue et qui a ensuite été plantée d’espèces exotiques, se terminant par une haie d’eucalyptus au-dessus du chemin de fer.

 La villa, le long de la corniche entre Vintimille et Menton, a été progressivement agrandie par les différents propriétaires.







 
Au cours du XVIIIe siècle elle appartenait aux frères De Mari, marquis d’origine génoise. Les Biancheri l’achètent en 1865. Le célèbre homme politique 
 Giuseppe Biancheri
 s'y retirait pour des moments de repos. 

C’est lui qui introduisit les premières espèces exotiques, les roses, dont il était énormément féru, et qui améliora la plantation d’agrumes en surplomb sur la mer.





 En 1906, la propriété passa à la célèbre botaniste anglaise Ellen Willmott
qui y habita en permanence jusqu’en 1913. Grâce à son œuvre, les terrains furent adaptés pour y réaliser un véritable jardin d’acclimatation. Ellen Willmott se mit avec beaucoup d’enthousiasme à introduire de nouvelles plantes, forte de son amitié avec les Hanbury.





Les plantations à secteurs spécifiques sont encore reconnaissables aux tiges de métal avec plaquettes, placées par Ellen Willmott. L’énergique dame anglaise mena également une bataille personnelle, qu’elle perdit, contre le doublement du chemin de fer, qu’elle essaiera ensuite de dissimuler à la vue par une haie d’Eucalyptus aujourd’hui très développés.    
Il faut rappeler également le volume sur les roses d’Ellen Willmott, Genus Rosa, publié en 1913 à Londres en deux tomes épais. Ellen Willmott, pressée de dettes, devra céder la propriété à John Tremayne, lequel s’appliquera surtout à l’agrandissement de l’édifice d’habitation et introduira le petit lac à l’est de l’ensemble.

 



En 1956, les nouveaux propriétaires sont Mario et Emilia Sertorio. Les travaux qu’ils réalisèrent pour agrandir et rendre plus fonctionnel l’espace à usage d’habitation sont très intéressants ; ils allèrent jusqu’à installer un téléphérique pour aller jusqu’à la mer.
Enfin, la sœur d’Emilia Sertorio, mariée à Enzo Piacenza, hérite de la propriété.
Les Piacenza s’occupent aujourd’hui de l’entretien et de l’amélioration de la dimension botanique du parc 
Guido et Ursula Piacenza 

 se consacrent au soin des plantes existantes et acclimatées (y compris les plantes autochtones, du Quercus ilex au Pinus halepensis), en plantant des exemplaires de la flore sud-africaine, qui semblent bien s’adapter au microclimat de Boccanegra.






Le parc s’achemine vers un avenir intéressant, avec sa belle serre pour le traitement des jeunes exemplaires, l’ancienne plantation d’agrumes, un splendide exemplaire de Agatis australis en face du belvédère, un monumental Yucca brevifolia qui se détache sur le ciel, les roses anciennes qui grimpent sur les anciens oliviers."  




du conseil général  des Alpes Maritimes 


















Une visite des plus  agréable grâce à l'accueil d'Ursula Piacenza 
qui a tenu à partager cette visite assez longue, en nous accompagnant livrant sa passion en toute simplicité. 















 

samedi 1 avril 2017

PARIS: BORD DE SEINE...





Impressions du lendemain...






 Après une soirée arrosée,


trouver le temps d'éliminer... 













Tout en marchant en direction du Grand Palais,  j'ai pu parler et écouter
 les histoires des boulots
 sur les bords de Seine...

Observez leurs expressions...


Tristesse...


 


 le troisième oeil




 je suis étonné...en arriver là!





 je n'ai plus les yeux en face les trous...





 gueule cassée...





 mon nom est Pinocchio 






quel profil préférez-vous?




Vous voyez, ils en ont des histoires à raconter,
toute une vie au bord de l'eau.