deco

deco
DECEMBRE...

Membres

mercredi 31 octobre 2012

MEDITATION...



PARTAGEE




« Le projet Conversation à Nice pour la place Masséna est une métaphore sur la relation entre les différentes communautés qui font partie de la société d’aujourd’hui.
Sept figures représentant les sept continents sont allumées de l’intérieur avec des lumières cinétiques. Les sept œuvres passent doucement d’une couleur à l’autre en établissant un dialogue entre les figures mêmes et avec les passants qui se promènent sur la place.
La disposition des œuvres suit le parcours du tramway et donne une nouvelle lecture au voyageur en mouvement, qui peut observer les sculptures comme autant de points de repère. Comme les phares sur la côte, les figures semblent veiller sur nous, nous protéger d’en haut. Sans perturber le vide de la place, elles nous invitent à lever les yeux et redécouvrir aussi le ciel de la ville. »
Jaume Plensa
Mars 2006


“La sculpture ignore la fiction. Elle n’est pas affaire de matériaux, mais d’émotion.
Elle n’est pas affaire de volume ou d’espace, mais de temps.”



7 commentaires:

  1. ressemblance avec la cheyenne à gauche!!!:))
    les photos précédents de la plage sont magnifiques!

    RépondreSupprimer
  2. Tout ce qui peut nous apaiser et nous aracher au tourbillon dans lequel nous nous laissons trop facilement prendre est bienvenu.
    Méditons donc un peu...
    Bisous Martine

    RépondreSupprimer
  3. J'ai créé une rubrique "couillon avec un pigeon sur la tête" il est au top pour rentrer dedans. Bises

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve la nouvelle place Masséna très belle. Et je me suis finalement bien habituée à ces sculptures/lampadaires qui m'avaient un peu dérangé au début. Il m'a fallu un certain temps d'adaptation mais, comme on dit "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis". Ahah.
    Gros bisous et belle soirée arrosée

    RépondreSupprimer
  5. Les pigeons y trouvent toujours leur compte.

    RépondreSupprimer
  6. C'est à la nuit tombante que la place Masséna prend toute sa dimension poétique.
    En fait de pigeons, ce sont plutôt des mouettes souillent les sculptures de Jaume Plensa sur lesquelles elles aiment à se (re)poser.

    RépondreSupprimer

Heureuses Idées