deco

deco
DECEMBRE...

Membres

dimanche 30 janvier 2011

LA GUIRLANDE DE JULIE...(3)


 ou la constance récompensée.


Charles de Sainte Maure, duc de Montausier personnage célèbre à la cour de Louis XIV,  aspire à séduire
la belle Julie d'Angennes
fille  de la marquise de Rambouillet.

Il décide de composer une série de madrigaux, chacun portant le nom d'une fleur, l'ensemble formant une guirlande. Il fait appel à une vingtaine d'amis poètes pour composer les 62 madrigaux , lui même en écrivant seize.




Volume manuscrit sur vélin de 90 feuillets, 29 comportent une fleur peinte en miniature.
Le titre est composé d'une guirlande de fleurs, on rencontre plus loin Zéphyr tenant une rose à la main droite et de la gauche une guirlande de 29 fleurs qu'il souffle légèrement sur la terre.




Le texte est calligraphié sur vélin  avec une admirable perfection par le célèbre calligraphe Nicolas Jarry. Le volume illustré par le grand peintre des fleurs Nicolas Robert, relié en maroquin rouge par Gascon, un des plus habiles relieur de l'époque, est remis à la belle Julie le jour de sa fête comme un bouquet délicat, plus durable que celui de véritables fleurs.


Madame de RAMBOUILLET
  
L'hôtel de Rambouillet


La marquise de Rambouillet née Catherine de Vivonne est une femme d'exception qui tient au XVIIème siècle 
le premier salon parisien célèbre dans son hôtel.
En raison  de sa santé précaire et des mœurs de la Cour, elle décide d'attirer chez elle le grand monde. Elle s'intéresse aux arts, aux lettres ; elle aime ainsi l'histoire et parle plusieurs langues. Elle tient un salon très brillant, dans sa chambre bleue, avec l'aide de sa fille Julie.

-"On y parle savamment, mais on y parle raisonnablement et il n'y a lieu au monde où il y ait plus de bon sens et moins de galanterie."

Son salon exercera une grande influence sur la langue française et sur la littérature du temps, les précieuses ayant joué un rôle important dans le renouvellement du vocabulaire français. Il sera l'un des rares lieu à donner l'honneur aux femmes, contrairement aux autres salons massivement fréquentés par des hommes. On s'y initie aux belles lettres, au bon langage, au bien vivre et à  la séduction.
Pour ce faire, Madame de Rambouillet  enrégimente un escadron de jeunes filles de la meilleure naissance qui agrémentent les rencontres par leur esprit et leur charme, la préciosité étant plus une forme de modernisme et de féminisme que de pédanterie. N'est ce pas de ce salon que sortiront les "amazones" qui s'impliqueront fortement  dans la Fronde?
 

Julie d'Angennes



La belle Julie, "l'incomparable Julie",  grandit dans ce milieu, célèbre par sa beauté  et son esprit; elle est, sous le nom de "princesse Julée" le pendant de sa mère "la sage Arthenice"
Âme forte et généreuse, dévouée, elle a le goût du théâtre, aime les lettres, la "belle danse".
Elle fascine par une aisance égale dans les jeux de l'esprit et la maitrise du corps. Elle parait comme un idéal féminin insurpassable.

"Sachez que, cette nuit-là, les fées avaient répandu sur elle ces beautés et ses grâces secrètes qui mettent de la différence entre les femmes et les déesses."
Voiture

Elle connait la passion du Duc pour sa personne, mais préfère la liberté, la fête, les échanges de mots et d'idées. Elle ne conçoit pas de se marier jeune et dédaignera le pauvre duc un temps certain.

Elle recevra, en gage d'amour passionné le livre dans une enveloppe de peau parfumée à la frangipane remis par surprise, déposé pendant la nuit sur sa coiffeuse en 1641, cadeau inégalable d'un amoureux d'une constance rarissime. 

  


LE JA S M I N,   
Cause de tant de feux, source de tant de pleurs,
JVLIE , accorde ma requête ;
Comme à toutes ces autres Fleurs,
Donne-moi place sur ta teste ;
Devant le lustre de mon teint,
L'éclat des plus beaux Lys s’éteint;
Par tout ailleurs je leur fais honte,
Seulement dans ton sein leur blancheur me surmonte.

De M. le Marquis DE MONTAUSIER,



L’ ANÉMONE,
Je m'offre à vous, belle JULIE ,
Mais ne refusez pas mes vœux ;
La COURONNE qu'on met dessus vos beaux cheveux,
Sans moi ne peut être accomplie :
Je dois entre les Fleurs tenir le premier rang ;
On ne saurait cueillir que parmi les épines
Cette Fleur que Vénus fit naitre de son sang,
Et je n'en mêle point à mes beautés divines ;
Mais l’éclat de vôtre beauté'
M'accuse de témérité',
Je céderai toujours aux Roses,
Tandis qu'elles seront sur vôtre teint écloses.

De M. le Marquis DE MONTAUSIER.
LA TULIPE, AU SOLEIL, 
Bel  Astre à qui je dois mon être et ma beauté,
Ajoute immortalité
A cet éclat nonpareil dont je suis embellie,
Empêche que le Temps n'efface mes couleurs :
Pour trône donne-moi le beau front de JVLIE ;
Et si cet heureux sort à ma gloire s’allie,
Je serai la Reyne des Fleurs.

De M. CONRART.


Contre toute attente, le duc après avoir adjurer sa foi protestante peut enfin épouser la belle Julie en 1645, sous les frondaisons campagnardes de Rueil,  la fête ayant lieu en juillet, elle est sublime: compliments, bal, feux d'artifice, ainsi que les 24 violons du roi venus donner la sérénade à Julie.
Son attente n' aura durée que quatorze longues années... 




Le personnage de Montausier inspirera Molière lorsqu'il écrira "le Misanthrope"!


Celui qui était dans ma bibliothèque et attendait son tour!
Pas autant cependant que le Duc.

à suivre "l'art de toucher le clavecin"...
 

jeudi 27 janvier 2011

De ces moments...(2)




qui nous récompensent intimement 
de l'échange accompli.

Être enseignant demande à être convaincu de ce que l'on peut et est en devoir d'apporter à un enfant ou à un étudiant par sa propre connaissance. Nous avons appris nous même de nos pairs.
J'ai été cependant à l'école du:

"Je garde pour moi... car vous pourriez peut-être me surpasser!!!"
Je parle du clavecin!

J'ai toujours eu la conviction sans qu'on me l'enseigne, qu'il fallait au contraire vivre des expériences, des rencontres culturelles de tous ordres   et qu'il fallait à tout prix passer le relai de la Connaissance et du Savoir.

Des découvertes j'en ai faites au travers de mon métier de musicienne interprète, de pédagogue et de fille curieuse de tout, (et j'en fais encore et toujours) par mes lectures,  mes voyages, mes échanges, souvent des hasards heureux qui m'ont été offerts, gardant dans un coin de la mémoire,  sur une étagère de la bibliothèque, dans des dossiers- mon Dieu qu'il y en a!!!!-, ces rencontres inopinées. 

-"Cela ressortira un jour dans un projet avec les enfants..."

Ce fut le cas hier avec la "Guirlande de Julie" que je tenais sous le coude depuis quelques temps...
Une conférence que j'avais proposée à la BMVR sur "l'Art de toucher le clavecin" de François Couperin, il était temps de ressortir le livre et de partager la petite scène tous ensemble grâce à ces madrigaux d'amour du XVIIème siècle, écrits en partie par le duc de Montaussier qui mit une petite quinzaine d'année avant d'obtenir la main de Julie d'Angennes.


Mila aux magnifiques boucles
elle interprétait "la fleurète"


Ugo et "l'entretien des Muses"


On avait choisi des textes de ce joli livre samedi  durant une cession supplémentaire suivant les pièces instrumentales trouvées dans ce répertoire si riche propre à notre patrimoine culturel du siècle du roi Soleil.

Certains lisant, d'autres récitant par cœur, le dernier, Lucas, ayant fait preuve d'un vrai don de déclamation.
Difficile de parler puis de jouer, cela demande une concentration différente pour l'enchainement. J'en sais quelque chose pratiquant cet exercice lors de mes conférences.
 
J'avais pu préparer  un montage illustrant ce langage amoureux des fleurs, le programme n'étant connu que de moi, le jeu a consisté à projeter le lys, le jasmin, le soucis ou la rose pour faire savoir à qui  le tour de se produire.
...Il y a eu deux tulipes, mais pas d'embouteillage! 

Clavecinistes dans tous leurs états
Paul, Mila, Lucas, Yului

Un moment de pur plaisir!

Tous un peu endimanchés, sans plus, attentifs, prenant en charge leurs prestations, quelques légers accidents qu'il faut apprendre à surmonter tout seul, mais quelle leçon d'accomplissement. Et puis la joie de leurs parents eux  aussi très à l'écoute.
Il en restera un petit quelque chose dans leur mémoire, cela reviendra plus tard, j'en suis convaincue sous une forme ou l'autre...peut-être uniquement pour déclamer leur flamme ou la recevoir!!!!
Qui sait?

La prochaine audition, samedi en huit avec d'autres enfants, sur  devinez....
"Le carnaval de Venise"

Elle n'aura rien de carnavalesque, nous permettant uniquement de préparer un futur choix de pièces instrumentales italiennes que nous développerons tous un peu mieux pour le mois de juin au musée Chagall.
Comme je vous l'écris
Que du bonheur!

Je vous prépare un petit papier sur Couperin et Charles et Julie dès que je trouve un peu plus de temps.

Bonne après-midi





mercredi 26 janvier 2011

Aujourd'hui, belle journée...(1)




Conférence sur 
"L'art de toucher le clavecin" 
de François Couperin




suivi d'une audition de la classe de clavecin

autour de

"La guirlande de Julie"



Une belle après midi en perspective,
le professeur étant autant sollicitée que les élèves.

Je vous en reparle bientôt

Journée lumineuse à vous tous...

dimanche 23 janvier 2011

LUNE


Elle est moins "pleine"
mais encore bien lumineuse*...











Bonne nuit les petits!!!
*je le confirme ce matin...

samedi 22 janvier 2011

ART DE TOUCHER...


"par" le clavecin




je vous en reparle bientôt...
en attendant 
regardez cette jolie animation




Bonne soirée

vendredi 21 janvier 2011

EFFET DE LUNE MATINALE



La météo nous avait annoncé pour hier de la neige...
Celle-ci s'est détournée de nos collines. 
Aucun semblant de flocons.

 

Ce matin Dame Pleine Lune , 
celle qui peut me réveiller à 3 heures du matin
comme l'autre nuit,
brillante, lumineuse, bien ronde,
a rejoint progressivement d'autres méridiens...
C'est toujours émouvant de la retrouver 
identique à elle même.

Elle ne change pas, Elle!


jeudi 20 janvier 2011

AWARD



Vous découvrirez la liste
de ce nouvel AWARD  que je transmets 
à mes ami(e)s internautes dans



BELLE JOURNÉE

« A la Saint-Sébastien, l’hiver reprend 
ou se casse les dents. »

mercredi 19 janvier 2011

COMMENT DONNER...

un avant goût de la musique
 dès le plus jeune âge



ne pars pas!!!!


Bonne journée, 
je vais enseigner à quelques jeunes enfants...


lundi 17 janvier 2011

Un doux compagnon..



pour accompagner cette semaine 
un peu chargée

Douce journée

jeudi 13 janvier 2011

Une première étape...


 JEUDI



Début du rangement des objets de décoration de Noël qui nous ont tenu compagnie durant ces fêtes de fin d'année.
On les remet dans leur boîte respective souhaitant  les redécouvrir l'an prochain...


Chacun d'entre eux   me rappelle des moment précieux, lorsque les enfants étaient plus petits.
La cheminée, le salon, 
la cuisine et le hall d'entrée  
 ont repris leurs  allures habituelles,
il reste encore le sapin qui a la tête légèrement penché mais  donne encore une fière apparence, 
 nous voulons  profiter encore un peu de la crèche, qui est très réussie. 
Le moulin à eau tourne, la petite fontaine fait entendre son doux écoulement. La farandole s'agite dans son immobilité sachant que bientôt tout rentrera dans l'ordre,
le ravi doit attendre cela avec grande impatience, 
les bras toujours en l'air depuis...


Un chaleureux coucher de soleil s'est offert à moi en cette fin de journée lors de ma courte   visite au jardin, 
si le froid n'est pas persistant il sera beau au printemps mais tout n'est pas encore fini, le froid peut revenir d'un jour à l'autre, il neige toujours à la fin du mois de janvier.
On verra!

Le prochain week-end,
tout sera en place.

mercredi 12 janvier 2011

DEBUT DE SEMAINE


Lundi 
pluie, pluie, pluie
Diva a trouvé un abri...


Mardi
brume, brume, brume


Mercredi
bleu, bleu, bleu
le moral remonte dans le sud 
le ciel lumineux et le soleil  chaleureux
né-ce-ssai-re
à l'optimisme méridional! 
Bonne journée

dimanche 9 janvier 2011

PRODIGE?



cliquez


Ahurissant
vous ne trouvez pas?


Il promet ce petitou !
(je connais des chefs qui font... moins bien)
oups!

jeudi 6 janvier 2011

J'ai passé ma journée


à l'écouter en boucle.......


Chocabeck
le nouvel album de Zucchero 
sorti en novembre



zucchero-chocabeck.jpgLe nouvel album de Zucchero, "Chocabeck" comporte au total, onze titres, enregistrés entre Los Angeles, Bolgheri (Italie) et Londres. La production a été confiée à Don Was et Brendan O'Brien,  en collaboration avec Zucchero. 
John Hopkins et Davide Rossi, tous les deux précédemment impliqués dans le dernier album de Coldplay, ont également participé à l'enregistrement de "Chocabeck". A noter la participation de Brian Wilson (des Beach Boys) aux chœurs sur le titre Chocabeck.  Autre invité de marque, Bono , auteur des textes sur le titre Someone Else's Tears.
Pour ceux qui se demandent ce que signifie Chocabeck : en dialecte régional (celui parlé dans la région d'Emilie, d'où est originaire Zucchero), « choca » signifie « faire un bruit » et « beck » le bec (d'un oiseau). Donc c'est un bec qui fait du bruit ! Tout simplement parce qu'il n'y a rien dans le bec. 
"Cétait une expression que mon père utilisait quand j'étais petit" précise Zucchero. "Quand je lui demandais s'il y avait quelque chose à manger, au lieu de me dire qu'il n'y avait rien, il préférait me répondre « Il y a du chocabeck ». Pendant des années, j'ai cru que ces « chocabecks » existaient vraiment et étaient délicieux. D'ailleurs, si quelqu'un en a quelque part, je suis toujours partant pour en gouter".
En attendant, on pourra toujours se régaler avec son nouvel album, considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs de sa carrière. Cet excellent cru, réalisé sans fausse note, met plus que jamais en valeur l'atout principal de Zucchero : sa voix, unique, à la fois puissante et chargée d'émotion, l'Italie comme on l'aime, chaleureuse, passionnée, à la fois intense et délicate. Un festin auditif, un pure régal sur 11 titres, qu'ils soient festifs ou sous forme de ballades. 



Bonne soirée




mercredi 5 janvier 2011

Et si le soleil ne revenait plus?



il ne nous resterait que des mirages de lumière!







dimanche 2 janvier 2011

POUR VOUS REMERCIER


...de  vos  bons vœux
je partage avec vous cette visite des 400 crèches de
Lucéram.


Nous avons parcouru ce Premier de l'An 
-avec mon amie d'enfance Marika et son époux Jean Marc qui me reçoivent à chacune de mes visites à Paris-
les ruelles de ce village médiéval.


Chaque année ses habitants animent tout endroit susceptible d'accueillir une crèche.



Des plus petites aux plus grandes, chaque anfractuosité est décorée de petits sujets, souvent illuminés de douces lumières.
Il y en a pour tous les goûts.

On visite  également un musée des crèches où nous aimons particulièrement ces sujets napolitains très anciens.




Dans cette ambiance hivernale et chaleureuse, nous avons retrouvés nos Noël de l'enfance. 




Je reprends comme beaucoup d'entre vous le travail demain, je serai un peu "speedy"   pendant quelques temps, ayant pas mal de choses à organiser et à mettre en route,
je planifierai au fur et à mesure  ce début d'année.
Ne m'en veuillez pas si je ne fais pas de commentaires sur vos  blogs...sachez que je les lis régulièrement mais mon bavardage de scribe est difficile à discipliner pour que cela soit rapide.


 Douce première semaine de 2011