ESTATE

ESTATE
JUILLET...SI CHALEUREUX...

Membres

jeudi 29 juillet 2010

L'ENSEMBLE MATHEUS



Deuxième round pour le clavecin...
à l'Escarène

Un ensemble extraordinaire de par sa qualité musicale,  son grand professionnalisme, sa simplicité, sa gentillesse, son humour.

Je l'écrit en majuscule n'ayant pas de lettres d'or...

EXCEPTIONNEL




Il y avait un petit bout de temps que je ne n'avais pas ressenti un tel plaisir à écouter de la musique baroque in live.
On devient difficile quand on côtoie l'art musical tous les jours, trop... on a tendance à chercher la petite bête, ce qui enlève pas mal de spontanéité dans l'accueil de toute œuvre et de toute interprétation.
C'est d'ailleurs pour cela que souvent je préfère les enregistrements.





Très mauvaise manie car rien ne vaut la proximité des artistes,  le vécu du concert, je le conçois sans hésitation. 




J'ai retrouvé hier un grand bonheur autour d'un programme Vivaldi - Telemann, d'autant plus que l'ensemble, sous la direction de Jean Christophe SPINOSI, personnage doté d'une belle nature généreuse, passionné, enthousiaste, demandant et obtenant des détails précis, s'exprimant avec clarté, sans autorité,   ne se compose que de très bons musiciens.



 "Être frappé par une œuvre, avoir envie de la donner, de la faire partager, de la vivre, ça c'est le travail du musicien"





Aucune défaillance, de la joie, de la finesse avec des nuances extrêmes, une justesse impeccable, des regards, très à l'écoute les uns et les autres, au service de l'harmonie musicale et du son parfait, pas de chichi,  je le redis: du pur bonheur.






 Nous avons fait une quantité incroyable de photos, Alain m'accompagnant puisque c'est lui qui fait le transport  de l'instrument. 
Toujours agréable de surprendre sans voyeurisme les expressions des interprètes, les instruments sont élégants, les positions également, on s'amuse, cela ne pose pas de problème puisqu'on nous demande de  leur faire parvenir ces quelques vues.
Souvenir d'un festival de l'été, c'était d'ailleurs leur dernier concert, trois semaines de vacances, je crois avoir entendu puis une reprise à Londres...

Un bis amusant réalisé par un compositeur africain qui a mis en verve un public conquis.
Beaucoup d'applaudissement et standing ovation!
Ils sont Heureux...

  
J'ai également appris qu'ils se produiront à l'Opéra de Nice fin mars 2011 avec Jaroussky en interprétant l'"Orlando Furioso" de Vivaldi, avec mise en scène, costumes...
Inutile de vous dire que nous y serons.
On écoute  quelques notes très expressives...vous voulez bien?



Je sais mes copinautes mélomanes,  si vous n'avez pas encore rencontré ce groupe, allez-y les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes!


mardi 27 juillet 2010

Un samedi en musique


 Eglise Saint Pierre Es Liens de l'Escarène



L'histoire de Saint Pierre Es Liens, ‘Saint Pierre l’Enchaîné’,  peut se résumer à son emprisonnement par Hérode, et à sa délivrance par un ange grâce à ses prières assidues.

En 1037, une charte fait mention pour la première fois de l’église St Pierre Es Liens: un certain Bonix aurait alors fait don à l’église St Pierre d’un manse situé au-delà du Var, au lieu-dit de la Salette de Saraman.
En 1074, elle devient une dépendance de l’abbaye de St Pons de Nice. Prieuré paroissial au XIIème siècle, elle est endommagée au XVème siècle par un tremblement de terre et un incendie. Elle sera supprimée par le Roi de Sardaigne Victor-Amédée III en avril 1792.


quelques motifs...

L’actuelle église paroissiale a été bâtie sur l’emplacement de l’ancienne, au XVIIème siècle par l’architecte Jean-André GUIBERT. Il reprend son modèle de l’église du Gesù, à Nice, caractéristique de l’architecture baroque, avec une nef rectangulaire voûtée en berceau, un chevet plat et un chœur en arc triomphal. Les nombreux stucs intérieurs sont l’œuvre du stuca baroque.

Elle sert depuis vingt ans de lieu d'accueil pour un des rares festivals baroques de qualité dans  la région.





J'ai l'opportunité en ce moment de louer mon clavecin au Festival de L'Escarène:

Pour l'occasion devant l'accorder au mieux, je suis amenée à rester sur place ce qui me vaut d'être de l'autre côté de l'action musicale,  une fois n'étant pas coutume.



Viole de gambe, bouzouki irlandais, harpe celtique



Passée une partie de la journée   en compagnie de l'ensemble  "Le concert de l'Hostel Dieu"  et du "Garlic bread" m'a permis d'observer les expressions et les gestes des musiciens.

  Se déplaçant de Lyon dans l'après-midi du samedi, qui était annoncé zone rouge en raison des départs en vacances des uns et des retours des autres, nos musiciens  arrivent assez éprouvés par la chaleur, cependant prêts à commencer leur  répétition pour se mettre en place et juger de l'acoustique.


 
Répétition

Cet ensemble propose un  programme irlandais entre univers baroque et univers traditionnel, autour des compositions musicales de Turlough O'Carolan (1670-1738), harpiste et poète itinérant irlandais.
Métissage de la musique comme cela se pratique de plus en pus souvent ces temps-ci.


De jolies mélodies, poétiques, amusantes, beaucoup de colorations de par une instrumentation très variée, des mouvements très dansants, jigs ou reel, une belle écoute et des connivences qui montrent le travail accompli depuis pas mal de temps.

Concert


Excellent moment partagé en leur compagnie dans une église bien remplie et enthousiaste.
J'ai eu le plaisir de découvrir le son de mon instrument joué par quelqu'un d'autre en concert.



Demain je refais l'expérience avec "l'Ensemble Matheus", programme bien différent entre Vivaldi et Telemann.


dimanche 25 juillet 2010

Un dimanche à la campagne

 

Lorsque les enfants grandissent,
ils éprouvent à un moment donné l'envie de quitter le cocon familial, ce que nous avons tous réalisé un jour ou l'autre. Nous connaissons cela, faire ses preuves sans papa maman, vivre et expérimenter Sa nouvelle liberté.
Rien d'anormal dans la continuité des choses de  la vie. Un passage obligé.



C'est ainsi qu'il est toujours agréable de les retrouver ensembles, car même en habitant dans la même ville, leurs activités, leurs goûts,  leurs amitiés font qu'ils ne se rencontrent pas tous les jours. Aussi les réunir autour d'un repas familial "du dimanche", à la campagne, reste pour moi un très grand moment de plaisir.


Mon gendre me fait aussi la surprise de se joindre au repas, cela arrive souvent car je sais que s'il le peut, alors que ce n'était pas prévu, il se dégage de son travail pour passer un moment dans cette autre famille qui l'a adopté, les mariages agrandissent ainsi le cercle familial.
Pas de pièce rapportée pour nous, comme mon père peut le signifier à son propre gendre et à sa belle fille... un fils à part entière.



Pour l'occasion un repas simple, quelques apéritifs comme ils les aiment,  coca oblige, puis s'enchainent les beignets de fleurs de courgettes et ceux de tomates du jardin, une salade, "balai de l'estomac" comme disait mon arrière grand-mère,  quelques farcis confectionnés maison, jamais de la même manière, cette fois-ci avec beaucoup de basilic divers...entre autre.
Une petite glace, le tout accompagné de rires, de blagues amusantes et cocasses, d'histoires de  tous les jours que nous découvrons avec délice.

Ils racontent, on écoute, on est fier de les voir ainsi, ils sont devenus des adultes, ils s'accomplissent, enrichis de  leurs propres expériences.
J'aime beaucoup les observer, et sans faire de bilan, car ce n'est pas dans ma nature, j'apprécie leurs différences, leurs jeux de mots, leurs complicités, signe d'une enfance passée ensembles.





Pendant qu'Alain discute avec Cédric, me voici en compagnie de mes deux larrons, nous nous ébattons avec force éclaboussures dans la piscine de 3,20 X 3,20.
Un luxe, pas besoin de longueurs supplémentaires, cela suffit à pratiquer moultes clowneries: et que je fais le canard, et que je tourne en rond à la queue leu leu, en essayant de provoquer un courant dans lequel on se jettera pour flotter en sens inverse et avoir la sensation du tournis. On vide le bassin, ou peut-être est-ce une façon d'arroser les alentours, un peu de javel...oups, ça ne fera pas de mal, ce n'est que passager.


Que de rires, de bêtises, à en boire la tasse! 
Adrien est certainement le maitre d'œuvre de ce spectacle, Marine hilare suit le mouvement avec son rire d'hirondelle et je vous assure que je participe au jeu de tout cœur, je retrouve leur âge, sans complexe aucun!
On ne vit qu'une fois!
Le ridicule ne tue pas!

On en a comme cela des sacs remplies, de  ces formules...restons simples et profitons de ces instants de connivence et de bonheur.
Retrouvons-les comme quand ils étaient petitous.

Pas de regrets, merveilleuses   récompenses... de notre état de parents.

A quand le prochain petit tour de table?

L'Escarène


 Une journée à l'Escarène, je vous raconterai en images...


Eglise de Saint Pierre aux Liens
Motif extérieur



 Non me tangere
Giotto à Padoue
à suivre...

vendredi 23 juillet 2010

" Le rêve du marin...


est de s'étendre sur la grève immaculée, sur cette île qui est une bouée sur le rêve océan, une île que jamais il n'abordera, où l'homme est tenté avant de mourir d'écrire:
"Ne m'enterrez pas, la dérive me déposera de l'autre côté de l'horizon, et si vous voyez un jour une croix de corail sur une île vierge, priez pour le pauvre marin".

Bernard Giraudeau
"Ailleurs"







jeudi 22 juillet 2010

Bonjour...


 Jean Philippe RAMEAU




Un peu de douceur...
Je passe, comme l'air frais du matin.
Bonne journée

lundi 19 juillet 2010

Comment dit-on...


Au revoir l'Artiste! 


"Vous sentez :
ce que j’avais à  faire  je l’ai fait,
ce que j’avais à obtenir  je l’ai obtenu, 
ce que j’avais à donner je l’ai donné » 
 Svami Prajnanpad




samedi 17 juillet 2010

Quelques jours... sans le blog




Je vous concocterai quelques articles sur mes balades , 
pour l'instant je prends un peu de  bon temps...

A très bientôt.



jeudi 15 juillet 2010

SE RAFRAICHIR


dans un liquide doré

Fontaine à La Brigue

Douce nuit


mercredi 14 juillet 2010

Bonsoir...


Une bonne soirée à vous

mardi 13 juillet 2010

En écho à Michelaise


Il n'y a pas qu'en Avignon que les chiens ont chaud, 



  Celui-là,  en chair et en os, est K.O



Certains préfèrent être de "chairamique",
ils ont ainsi résolu le problème de la transpiration...


 
"Et en plus le brushing tient à merveille!"

Bonne nuit*... grâce au ventilateur

*WOuah!Wouah! Ouuu...Wouah!


dimanche 11 juillet 2010

L'orage approche...


Va-t-il nous faire le plaisir de rafraîchir l'atmosphère?

En attendant quelques floraisons de la Pita Figa


 Rudbeckia, tagettes, crocosmia Lucifer,



Hémérocalles



Platycodon grandiflorus


Il s'éloigne, le bougre...

Bon dimanche.


jeudi 8 juillet 2010

BAIGNADE EN MER...





Mon cher ami,
Me revoici avec ma vielle amie la mer.
Elle est toujours innombrable et belle. C'est vraiment la chose de nature qui vous remet le mieux en place. Seulement on ne respecte pas assez la mer. Il ne devrait pas être permis d'y tremper des corps déformés par la vie du quotidien. Mais vraiment tous ces bras, ces jambes qui s'agitent dans des rythmes ridicules, c'est à faire pleurer les poissons. 
Dans la mer il ne devrait y avoir que des sirènes. Et comment voulez vous que ces estimables personnes consentent à venir dans des eaux si mal fréquentées?
Donnez moi bientôt de vos bonnes nouvelles et croyez à ma vieille amitié.
Claude DEBUSSY
8 aout 1906- Lettre de Claude Debussy à Jacques Durand, Grand Hôtel de Puys près de Dieppe








    


Bonne baignade à toutes les sirènes...



mardi 6 juillet 2010

Comment se rafraichir ?


Quelques Idées...



La mer et le grand voilier?



 le parachute ascensionnel si on n'a pas peur?



le tuyau d'arrosage?



la fontaine municipale?



la cascade après avoir trouvé le passage?



la piscine des amis?



 Faute de voilier, un bateau... plus petit?



 ou alors une barque?




se transformer en poisson? 


plus modestement un éventail?



un grand chapeau à larges bords? 




ou alors une glace avec ce parfum?



pour ma part ce sera dans mon bac 3,20 X3,20  suffisant pour me redonner des ailes, du moins quelques instants.

J'y vais...

Plouf!

Et vous comment faites vous par ces chaleurs estivales torrides ?