ESTATE

ESTATE
JUILLET...SI CHALEUREUX...

Membres

vendredi 26 novembre 2010

PAUSE...




 Une fin de semaine bien remplie, avec la venue d'amis marseillais, 
la décoration de Noël dans la maison,
l'anniversaire de mon papa qui soufflera ses 80 bougies,
un début de semaine  bien speed, cours à rattraper en prévision d'un petit séjour de quelques jours dans la capitale...
 Tête à tête en amoureux pour voir les Champs Elysées parés de leurs lumières de fêtes -couleur ambre cette année-, main dans la main,  
déambulations improvisées pour fixer quelques instants-souvenir dans la boite noire,
visite d' expositions dont celle de Monet, que j'attends avec patience, sachant qu'il y aura beaucoup de monde,
 celle des Médicis au musée Maillol,
l'opéra Garnier à re-visiter pour qu'Alain  voit la coupole décorée par Chagall, ces lieux remplis d'histoire musicales, j'irai faire un tout en bibliothèque pour voir quelques originaux, vous savez grâce à qui...
théâtre, 
achat de quelques partitions  à la Flûte de Pan.

 
Mon amie d'enfance nous accueille  quartier Saint Michel, ce sera l'occasion de nous retrouver avant la fin de l'année,
de papoter un peu, beaucoup...

Souhaitons que le temps soit clément! 

Les enfants s'occuperont de Diva  tout en  profitant de  la maison.





Le blog risque donc d'être muet une bonne semaine.
Si j'ai le temps je vous ferai un petit coucou avant de partir.


A très bientôt


mercredi 24 novembre 2010

EN L'INSTANT...


 Que laissent présager ces nuages ?


bonne journée!

mardi 23 novembre 2010

La semaine a commencé



Le temps dans le sud est clair et froid. Les rayons de ce cher astre nommé soleil commence à nous réchauffer en fin de matinée.
Entre temps la campagne exhale son haleine humide pour donner ces paysages fantasmagoriques que j'aime beaucoup observer.
Silence...
Quelque écureuil, seul personnage, animant de sa danse nerveuse l'immobilité des lieux,  craquement des branchages, il parcourt de ses pattes légères, avec agilité et précision, 
de branche en branche, l'arbre humide et nu.
Trop rapide pour le saisir en image, il m'a sans doute vue, et ne sait pas que je ne lui veux aucun mal si ce n'est le plaisir sincère  de l'admirer dans sa valse aérienne.

 
Mère Nature est royale même dans cette nudité. 
Depuis que je vis en campagne j'ai appris à aimer l'hiver, son dénuement, son camaïeu de teinte, ses grisailles ponctuées de quelques touches de rouille.
  Repos nécessaire à une future reprise d'ici quelques mois.
Des épisodes se suivront plus ou moins agréables, en pensant à la neige de l'an dernier, blanc manteau qui apparait de plus en plus  régulièrement, ne donnant aucune chance aux éléments naturels les plus fragiles.
.............................................................................................

Rien à voir cependant avec la suite de la journée...
la ville, son animation,  ses préparatifs de fêtes de fin d'année.
Il est cependant encore tôt, peu de monde, un certain silence  rythmé de temps en temps   par les talonnettes de chaussures féminines, .
Des chuchotements légers, entre-coupés de toussotements,  le monde se réveille, pas encore assez repu de ses  brumes rêveuses. 


Contraste saisissant qui me fera d'autant plus apprécier le souvenir des instants précédents en compagnie discrète de  mon ami l'écureuil.

Aujourd'hui "il fait bleu"...





dimanche 21 novembre 2010

En écho à Michelaise


nous invite à adopter  un  mot  qui pourrait se perdre dans les élans des modes nouvelles.
Le langage des SMS, onomatopées oblige  à lire haute et intelligible voix -s'il vous plait- fait disparaitre de la bouche de nos plus jeunes cette langue française aux doux mélismes. Suivant les régions, du nord au sud et de l'ouest à l'est,  les vocables chatoyants si imagés se transforment 
en LOL, 
ZY VA , 

MEUF 
qui pourrait rimer avec 
KEUF, 

CHELOU  
qui pourrait être 
OUF 
ou
ZARBI


J'adopte pour ma part
CALAMBREDAINE
 synonyme de billevesée...
 démarche qui n'est  pas   pour ma part remplie de balivernes  de fadaises ou  de calinotades, 
en résumé ce ne sont pas de  vains propos.

 Voici les quelques mots de Michelaise :
"vous choisissez le mot que vous désirez adopter, il n'est pas obligatoire qu'il ait été rayé des dictionnaires, un mot appartenant à ce qu'on appelle le "langage soutenu", pour dire pudiquement que plus personne ne comprend trop ce qu'il signifie, sera aussi le bienvenu. Ensuite, vous déposez un commentaire car ainsi on pourra lister les mots qui ont trouvé des familles d'accueil. Oui, oui, c'est mieux, même si vous détestez laisser un commentaire, c'est facile : juste le mot que vous voulez adopter, sa définition afin que tous nous puissions vous soutenir dans votre démarche d'adoption en usant aussi du vocable que vous avez choisi... et plus si affinités... Et surtout, dans la mesure du possible, vous relayez le jeu auprès du maximum d'internautes. Car en usant de mots anciens et précieux dans nos blogs, nous en faciliterons aussi le référencement".
Passez le relai
Bonne soirée!
 

Une après-midi en musique


Samedi après-midi,
au musée Chagall que vous commencez à bien connaitre, première audition de la saison:
"Les flûtes enchantées"...
quelques impressions à vous faire partager...

Professeur, accompagnatrice et élèves...
encore un doux moment 
où les ailes d'ange de Marc 
sont venues nous frôler.


Esquisses pour la préparation des vitraux de l'auditorium


La main et le regard de Chagall...

un des trois  vitraux réalisé d'après les études

Bon dimanche


samedi 20 novembre 2010

WEEK-END BIEN GRIS

 On va passer un w.e. à la maison, bien au chaud, 
 un feu de cheminée si le bois n'est pas trop humide, la Diva à nos côtés, sur le canapé dans la couverture polaire...bien douillette.
C'est peut être le temps d'imaginer "la stratégie" des  petits repas pour les fêtes...
 

J'ai trouvé hier soir en faisant mes courses ce livret plein de recettes magiques, très soft, accompagnés d'extrait  de contes, pour les Fêtes de fin d'année.
Originalité, très belle présentation,
-cela m'a donné l'Idée de préparer des "petits papiers féeriques" pour accompagner la déco de la table-
A peaufiner.

On y trouvera la cannelle, le miel, le chocolat sans oublier  les marrons glacés pour ce qui est des gourmandises;
les gibiers, les poissons et coquillages, les pâtes et riz,  pour  confectionner pour ces jours de rencontres familiales et amicales un parfait repas convivial, coloré et parfumé.



Cela pourra illuminer ces deux journées, 
le  feuilletant  en regardant de temps en temps l'olivier qui tente de sécher ses larmes ou les flammes rougeoyantes des buches de chêne.

Saveurs Hors-Série Spécial Fêtes.
"Digne des plus gourmands contes de fées. Le magazine Saveurs Hors-Série Spécial Fêtes est en kiosque. 138 pages pour se laisser enchanter par la magie des Fêtes, autour des contes de fée revisités par la rédaction.
L’aventure gustative, féerique et incontournable de cette fin d’année. Il était une fois Saveurs, le magazine de l'art de vivre gourmand, qui nous invite dans l'univers féerique des fêtes de fin d'année avec son septième

Orchestré autour des plus jolis contes de fées qui soient, cet ouvrage original est riche de 80 recettes inédites, inspirées par Hansel et Gretel, Peau d’Ane, le Petit Poucet ou encore la Belle et la bête…
Tout y est magique, des photos aux recettes, pensées pour être réalisées par tous, de l’entrée au dessert. Tout cela sous l’oeil bienveillant de Merlin l’enchanteur, alias Pierre Gagnaire.
Alors, laissons nous happer par la féerie du champagne avec Alice, du monde de la mer avec la petite Sirène, du gibier avec Pierre et le loup, de l'exotisme avec les Contes des mille et une nuits ou encore de la pomme avec Blanche Neige.
Plus qu'un magazine, presque un livre, Saveurs Hors-Série Spécial fêtes est, pour 5 euros seulement, sans aucun doute le plus savoureux des contes, à consulter jusqu’à la nuit des temps."

"Et les convives quittèrent la table, repus et heureux, se demandant déjà que serait le festin du lendemain." 

Bonne journée

vendredi 19 novembre 2010

VA ET VIENT


Il est revenu
le bleu
du ciel



jeudi 18 novembre 2010

Certains aiment le gris!!!


Ils se suivent, les jours
mais ne se ressemblent pas.



C'est une journée pour "chat à la maison".
Désolé Diva!

Allez les filles en mesure!
on tourne, on se déhanche, légèrement,
en cadence, 
un deux trois quatre,
-attention aux cervicales et au tour de rein-
et surtout
ne dérangeons pas les chats!
Bonne journée


mercredi 17 novembre 2010

POUR LES AMOUREUX ... DU BLEU



Spécial NORMA


"autour de Klein et Niki"
 MAMAC 
NICE




Le ciel retrouvé...

lui aussi, tout bleu.




et une petite chanson "bleue"
pour nous... les brunes!


Bonne journée


mardi 16 novembre 2010

OPTIMISME !!!


 Pour vous tous, 
chacun à son parapluie, 
un bon imperméable,
des bottes vénitiennes,
on évite les flaques,
on ne va pas chez le coiffeur,
on ne s'amuse pas à compter les gouttes,
on ne tempête pas,  
cela en rajoute.

Ne nous plaignons pas, 
car
le froid arrive!
Bonne journée.


dimanche 14 novembre 2010

Mon poète


Sans lassitude















Douce nuit  

samedi 13 novembre 2010

Fête du fiston -suite-




Nous avons fêté l'anniversaire d'Adrien le soir du 11 novembre, tout notre petit monde était libre.
Après une  belle journée où nous avons rempli quelques paniers d'olives, gaulant et ramassant à la main les fruits que nous espérons gorgés d'huile malgré les pluies qu'ils ont subies (!),  un  coucher de soleil a salué de ses feux l'arrivée des enfants.
On les retrouve à ces occasions, nos chérubins adultes,   comme lorsqu'ils étaient petits, soufflant les bougies avec ce sourire malicieux, après la sempiternelle chanson que nous connaissons tous.

Tanti auguri Adrien


jeudi 11 novembre 2010



Douce Anne a passé le relai de l'Amitié...

je continue cette chaine  en nommant d'autres copinautes ami(e)s qui passeront à leur tour si elles le désirent le relai en répondant à ces questions:
après avoir copier-coller l'image du relais de l'amitié dans sa propre publication.
  • 1 Quand vous étiez petit(e), que répondiez-vous à la question : "Et toi, que veux-tu faire quand tu seras plus grand(e) ?"
  • 2 Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?
  • 3 Quels ont été vos jeux préférés ?
  • 4 Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ?
  • 5 Qu'est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n'avez pas encore fait ?
  • 6 Quel était votre premier sport préféré ?
  • 7 Quelle était votre première idole de musique ?
  • 8 Quel est le plus beau cadeau de Noël (ou l'équivalent) que vous avez reçu ?
Pour terminer, il faut passer le relais à d'autres blogueurs de son choix.




1-Quand vous étiez petit(e), que répondiez-vous à la question : "Et toi, que veux-tu faire quand tu sera plus grand(e) ?"

-Je n'en avais aucune idée mais ce n'était certainement pas musicienne!!!!

2- Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?

-Toute petite c'était le journal de Mickey qui sortait tous les jeudis.
Puis plus tard Aggie et surtout Lili, j'étais abonnée à "Quinze ans"... Vous connaissez? Il y avait aussi les livres écrits par  Enid Blyton et Caroline Quinn avec toute la série des club des cinq, clan des sept, la série des mystères,   Fantômette, Alice, aussi les six compagnons de la Croix Rousse .
Je les dévorais avant qu'ils ne soient eux même dévorés...par les rats!!!!!
Ma maman n'avait pas été prudente en les entreposant à la cave, et je le regrette bien.
Cela me fait tout drôle d'y repenser.
Mes dessins animés préférés: La Belle au bois dormant, Les Aristochats, par contre Pinocchio  un vrai cauchemar!

3 -Quels ont été vos jeux préférés ? 
-Le jeu des cavaliers, le jeu de l'oie car je pouvais jouer toute seule. Plus grande j'adorais m'inventer des jeux avec mes trois Barbies,  j'avais fabriqué un magasin, je ne sais comment, deux petites boites avec une règle qui me permettait de fixer un "rideau", vitrine improvisée avec vente de vêtements de luxe... Un vrai régal. Cela me tenait tranquille toute la journée. J'étais une enfant très sage, solitaire, fille unique jusqu'à 17 ans.
Ça a bien changé depuis. 

4- Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ? 
-Mes 18 ans, car comme mes parents déménageaient j'ai pu faire l'unique boum de ma vie dans un grand appartement vide!!! 
Et j'ai dansé mon premier slow sur une chanson de Fugain -"c'est un beau roman c'est une belle histoire"- avec ... mon Ninou que je ne fréquentais pas encore, je crois même qu'il m'était insupportable! et c'était réciproque.
Comme quoi... 

5- Qu'est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n'avez pas encore fait ? 

-Conduire un semi-remorque. 

6- Quel était votre premier sport préféré ? 

Le ski... je n'en fais plus de peur de me casser quelque chose. 

 7- Quelle était votre première idole de musique ?

Bill Evans!!!!! un flirt de vacances qui me l'avait fait entendre. C'est toujours ma passion, Bill,  car le flirt je ne sais pas ce qu'il est devenu depuis le temps.

8- Quel est le plus beau cadeau de Noël (ou l'équivalent) que vous avez reçu ?

-Mes Noël ont tous été supers, c'est une vraie tradition de partage et cette fête dure tout le mois de décembre chez nous.

Voili!
    Le relai? 

    Michelaise
    Enitram 
    Autour du puits
    Anna Livia
    Merula
    Artemisia
    Les cerisiers de l'aube




    Bonne soirée avec cette petite chanson.

    mardi 9 novembre 2010

    ANNIVERSAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Aujourd'hui


    23 bougies pour 

    ADRIEN 






    Mes Bonheurs...

    dimanche 7 novembre 2010

    Chronique du week-end


    Un samedi  pas ordinaire
    à faire des courses dans ces zones que nous appelons les centres commerciaux...hors la ville.

    Diva d'automne sous le cerisier
    Il y avait un bout de temps que je n' étais pas allée m'y perdre dans ces hyper-marchés qui vendent de tout et de rien, et où vous n'êtes pas assurée de trouver chaussure à votre pied .



    Cependant en cette "avant-avant-veille" de fête de fin d'année, j'avais à  préparer les fameux calendriers de l'avent des uns et des autres, petits et grands...pour mes nièces et mes enfants de 23 et 26 ans (hic!). Je dois vous dire que depuis le temps que j'organise sous différentes manières ces petits cadeaux qui animent tous les jours de décembre, ils ont tous un sapin bien décoré. Ils en rajoutent, surtout Marine qui hier a fait un p'tit tour au village de Noël à Botanic pour son plus grand plaisir remplissant les sacs et vidant le porte feuille:c'est ce que l'on pourrait appeler le principe des vases communicants.
    Bref je m'y prends à l'avance car 
    si on s'y rend "après demain,a pu rien".

    La jolie fleur bleue donnera 
    une sorte de Physalis remplie de graines 

    Cette journée  a été assez agréable car je m'y suis prise assez tôt évitant les queues infernales, le monde, les bousculades du samedi. Les objets ne sont pas encore déplacés, abimés, tout juste sortis de leurs boites d'emballage, encore fraichement rutilants .

    Par contre l'idée moins heureuse d'aller, sur le coup d'une heure, manger sur le pouce un petit encas,  à la cafétéria...
    Là, pas déçue du voyage, il y en avait partout, des gens affamés, avec téléphones se disputant fourchettes et couteaux, des enfants grands et petits, calmes et déchainés, mignons  ou pleurnichards, des tables sales, non débarrassées, avec maquillage oblige de ketchup ou mayo, des plateaux pleins, abandonnés avec leurs restes infâmes,  ils ont même inventé un plateau assiette pour enfant sage et maladroit, rouge et bleu,  il parait que ça les fait grandir, les petits, c'est ce que disait la maman assise à proximité.

    Épisode infernal: 
    "Jura mais un peu tard..."

    J'en ai d'ailleurs oublié le café qui est maintenant servi dans des gobelets en carton; donc je n'ai rien perdu si ce n'est  d'avoir acheté le  jeton doré qui ne me servira d'ailleurs pas à aller aux toilettes des Galeries Lafayettes.....

    Les dernières fleurs: courageuses!
    La dernière figue:pour les oiseaux.


    Revenons aux achats.
    On ne peut pas se fier d'une année sur l'autre à ce qu'on trouvait de bien l'an passé dans un magasin  et inversement.
    On a bien compris que  le plus souvent  c'est "made in China," et comme nous avions  l'honneur d'accueillir hier à Nice, et le président français et le président chinois, si ce monsieur a fait ses courses avec gardes du corps,  armes fatales et caddie monté sur alarme,  il aura apprécié de voir que  le commerce de chez lui remplit bien  les  bacs de chez nous.

    Le Titou est rentré chez lui 
    il a retrouvé Adrien.


    Je doute bien entendu qu'il ait fait ce périple... à d'autres!
    Cet évènement, comme à l'accoutumé de ces déplacements de grands personnages qui font l'histoire d'aujourd'hui, a  bloqué une fois de plus notre chère Promenade des Anglais, parcourue de long en large par une armée de motards que vous connaissez bien, toujours très fiers de leurs montures, sans doute accompagnant leur marche triomphale avec force coup de sifflet, ce ballet qui a d'ailleurs contribué à mettre en retard certains de  mes élèves du vendredi soir: pour une reprise, c'était une reprise avec décalage horaire,  il est vrai que l'on a changé d'heure aussi cette semaine.



    D'autres chinois venus également de Chine, pour d'autres raisons, siégeaient au conservatoire: et oui! un  concours international de piano ...de 3 à je ne sais quel âge. 
    C'était amusant hier à midi dans  notre "cantine" à côté du CNRR: notre hôtesse, qui avait décidé ce jour -là de faire  l'aïoli, avait bien du mal à traduire et, exaspérée  de ce charabia incompréhensible et  familial- ils viennent accompagnés leurs petits prodiges- elle se demandait qu'est-ce qu'ils voulaient  manger. La méthode assimil pour apprendre le chinois, ce n'est pas pour tout de suite.


    Quand j'étais enfant j'entendais parler les grands du  péril jaune que je croyais être une maladie communément appelée jaunisse, je n'aborderais pas l'idée que cela peut être  un vrai soucis mais les chinois sont prêts à tous les sacrifices pour surmonter les étapes vers la réussite. 
    J'apprenais, tout en mangeant mon aïoli du vendredi, par une collègue enseignant le piano, que les étudiants chinois n'avaient pas, en musique, une oreille polyphonique, travaillaient le geste à l'excès, n'avaient aucune écoute de la main gauche, ce qui pouvait être catastrophique: lors de "dérapages incontrôlés", ils continuaient à jouer imperturbables et après deux trois mesures de cacophonie retrouvaient leurs marques, à un moment donné, et repartaient de plus belle.

    Je viens de la découvrir: une main de bouddha 
    qui s'était développée à notre insu  
    tout l'été sous le feuillage du petit cédratier.


    Machine à faire les notes pour l'instant mais avec leur capacité à travailler, ils vont un jour nous surprendre tel "le lièvre et la tortue"!


     Toujours la magie du coucher de soleil

    En cette fin de journée mes achats sont en partie rangés,  c'est déjà cela de fait; à la relecture de ces quelques réflexions sur  ce  début de week-end qui se termine par un beau coucher de soleil,  j'en apprécie que mieux mon paradis doré: demain je pense qu'il faudra commencer à ramasser les olives, il y en a pas mal cette année et ce sera bien sympa d'avoir un peu de cette huile, elle aussi dorée, qui accompagne si bien la morue...

    Les chinois ont ils pensé à planter des oliviers? 



    Et pour accompagner votre dimanche...
    un petit livre comme je les aime

    «Qui donc nous disait dédaigneusement que c'était bien inutile de partir pour ne voir que des solitudes monotonement blanches ?»
    Il y a cent ans, le navire du commandant Charcot, le Pourquoi pas ? rentrait triomphalement au port de Rouen, au terme d'une expédition de près de deux ans, dont plus de la moitié dans l'Antarctique.
    Marie-Isabelle Merle des Isles a choisi d'évoquer cette aventure "côté cuisine'', au travers des banquets offerts aux " hardis explorateurs " - avant leur départ, au fil des escales et à leur retour - mais plus encore de l'organisation des repas à bord. Qui aurait pu imaginer qu'au début du siècle dernier, dans l'une des régions les plus inhospitalières du monde, on pratique un art de la table aussi raffiné et inventif ? Livre de recettes étonnant et décalé, A la table du Pourquoi Pas ? est un voyage au cœur des glaces, via Madère, Rio de Janeiro, Buenos Aires, que pimentent des anecdotes tirées de la correspondance et des carnets des explorateurs.
    Si cela vous dit vous pourrez concocter une poularde aux truffes à la broche, une selle de marcassin rôtie, une galantine de dinde ou simplement un potage julienne...
    "Jeudi 1er janvier 1909. Après avoir mangé chacun à minuit juste quelques grains de raisin, ce qui parait -il porte bonheur, nous nous sommes mutuellement souhaité une bonne année...
    Que sera 1909 pour nous qui devons le passer entièrement dans les glaces?" 

    Bon dimanche.

    jeudi 4 novembre 2010

    SUR LES TRACES DE BACH -8 bis- ERFURT


     La famille Bach habita au n° 1 puis déménagea à côté au n°3 de la Junkerstrasse.
    Voisins, les Pachelbel dont la fille ainée Amelie peintre et graveuse, édita le premier livre de tricot!

    La famille Bach 
    est composée de deux branches principales : La branche d'Erfurt et la branche d'Arnstadt.


    Durant plus d'un siècle, la famille Bach a dominé la vie musicale d'Erfurt de telle sorte, qu'encore en 1793 tous les musiciens du conseil de la ville étaient nommés «Bach» on ne disait plus un musicien mais un Bach. Rien que dans les registres de l'église des commerçants (Kaufmannskirche) sont consignés 60 baptêmes, mariages et enterrements concernant cette famille. 

     Kaufmankirche 
    église où se marièrent les parents de Bach

    Extrait du "dictionnaire de la musique" de Fétis

    "BACH, nom d'une famille illustre dans l'histoire de la musique, de laquelle sont sortis, pendant près de deux cents ans, une foule d'artistes du premier ordre. Il n'y a point d'autre exemple d'une réunion de facultés aussi remarquables dans une seule famille. Le chef de celle-ci, nomme Weit Bach, fut d'abord boulanger à Presbourg. Forcé de sortir de cette ville, vers le milieu du l6me siècle, à cause de la religion protestante qu'il professait, il se retira dans un village de Saxe-Gotha, appelé Wechmar, et s'y fit meunier. Là, il se délassait en chantant et s'accompagnant avec une guitare. Il avait deux fils, auxquels il communiqua son goût pour la musique, et qui commencèrent cette suite non interrompue de musiciens du même nom qui inondèrent la Thuringe, la Saxe et la Franconie, pendant près de deux siècles. Tous furent ou chantres de paroisses, ou organistes , ou ce qu'on appelle en Allemagne musiciens de ville. Lorsque , devenus trop nombreux pour vivre rapprochés, les membres de cette famille se furent dispersés dans les contrées dont je viens de parler, ils convinrent de se réunir une fois chaque année, à jour fixe, afin de conserver entre eux une sorte de lien patriarcal ; les lieux choisis pour ces réunions furent Erfurt, Eisenach ou Arnstadt. Cet usage se perpétua jusque vers le milieu du 18ème siècle, et plusieurs fois l'on vit jusqu'à cent vingt musiciens du nom de Bach réunis au même endroit. Leurs divertissemens, pendant tout le temps que durait leur réunion, consistaient uniquement en exercices de musique. Ils débutaient par un hymne religieux chanté en chœur, après quoi ils prenaient pour thèmes des chansons populaires, comiques ou licencieuses, et les variaient en improvisant, à quatre, cinq et six parties. Ils donnaient à ces improvisations le nom de Quolibets. Plusieurs personnes les ont considérées comme l'origine des opéras allemands; mais les quolibets sont beaucoup plus anciens que la première réunion des Bach, car le D. Forkel eu possédait une collection imprimée à Vienne, en 1542."

     Les réunions chez les Bach une fois l'an se passaient au n° 3 de la Junkersand, maison située à côté de celle de la famille Pachelbel.
    Cette famille Bach à l'occasion de ces rencontres pratiquait la stratégie de "l'araignée"!
    - "Tu sais, Herr X vient de laisser son poste à..., tu devrais postuler; Herr Y est décédé et laisse vacquant l'orgue de..."
     Une vraie toile tissée en installant les Bach ici et là.



    Une présentation très pointue nous est offerte à la Crucikirche, église baroque, où se trouve un orgue spécifique à la région de Thuringe, très chantant, avec des registrations permettant ce jeu particulier  qui met très en valeur la musique polyphonique, donc bien adapté au répertoire de Johann Sebastian.
    Un organiste remarquable qui a travaillé avec Olivier Latry au CNRS de Paris, SILVIUS VON KESSEL nous ravit par les pièces qu'il interprète et ses explications très claires.


    Le clavier de cet instrument très léger donne l'impression qu'il s'agit de celui d'un clavecin, 
    j'y ai posé les doigts, d'une facilité extrême pour ce qui est de  l'enfoncement!


    D'autres églises nous offrent de merveilleux buffets d'orgue, ça regorge en Thuringe!!!

     Predigerkirche, 
    ancienne église des Dominicains


    Krämerbrücke

     Nous continuons la visite de cette très belle ville, par le pont des Épiciers -qui rappelle le ponte vecchio de  Florence- avec ses maisons encore habitées.


    Nous passerons également devant une ancienne synagogue restaurée; les allemands se montrent très soucieux de cette "réhabilitation" après les épisodes historiques que l'on connait!

    Ancienne synagogue d’Erfurt


    L’ancienne synagogue est située dans la Waagegasse. C’est la plus ancienne synagogue d’Europe centrale (aux environs de 1100) et l’un des plus importants témoignages de la communauté juive du Moyen-Âge. Dans les caves voûtées est exposé le trésor d’Erfurt (14e siècle), découvert lors de fouilles en 1998 : monnaies, lingots d’argent, bijoux gothiques et une bague de mariée juive unique en son genre.

    Retour dans le centre sur le  "Fishmarkt" avant de se diriger vers la "Domplatz" pour terminer par la visite de la cathédrale Sainte Marie...



    Cathédrale Sainte Marie

    L’ensemble impressionnant constitué de la cathédrale Sainte Marie et de l’église Saint Séverin sur le Domberg est un des symboles de la ville d’Erfurt et attire croyants, touristes et habitants de la ville. 
    Les vitraux de la cathédrale Sainte Marie sont de par leur quantité, richesse des thèmes et qualité artistique les plus importants d’Allemagne. La stalle originale et l’autel baroque de 17m de haut tout comme le tableau « les fiançailles de sainte Catherine » de Lucas Cranach valent la visite.  Le lustre que l’on appelle « Wolfram » date de 1160: très moderne comme vous pourrez le remarquer!
     Dans la tour du milieu se trouve la plus grosse cloche jamais fondue au Moyen-Âge, la « Gloriosa ».




    Très amusantes, les vierges folles et les vierges sages...
    Lesquelles préférez-vous?





    Le Maitre autel
    époque baroque

     Wolfram statue de bronze éclairant   les processions - environs de 1160-
    le long de sa ceinture on trouve gravé:
    "Wolframus ora pro nobis sancta Dei genitrix
    Hiltiburc ut digni efficiamur gratia dei"


    La vierge et l'enfant 
    entourés de  Sainte Catherine au côté de Sainte Barbe
    Lucas CRANACH
    -"Très bien éclairé pour une fois" dixit Gilles.




    encore un orgue ancien de toute beauté...





    Une journée encore bien riche.
    Retour à Weimar pour la dernière soirée dans cette charmante petite ville de Thuringe.

    Il y a encore des surprises à découvrir!




    ...NAUMBURG puis 
    via LEIPZIG